Le neuromanagement (épisode 2) : la « neurogénétique »

Neuromanagement épisode 2 : la neurogénétique

Claude Robert Cloninger est un psychiatre et généticien américain né en 1944. Il est le père de la « neurogénétique » et a influencé le « neuromanagement ».

Il est connu pour avoir « prolongé » les travaux des psychiatres en mettant en relation comportements et neurotransmetteurs.

L’année de ses 50 ans, en 1994 donc, il propose un outil sous forme de questionnaire (le T.C.I. : Temperament and Character Inventory) qui permet de dégager 7 dimensions de la personnalité :

  • 4 tempéraments

« novelty seeking » : recherche de la nouveauté, « harm avoidance » : évitement de la souffrance, « reward dependence » dépendance à la récompense, « persitence » : persistance (mas même les moins anglophones l’avaient deviné).

  • 3 caractères 

« self directedness » : Autonomie, « cooperativeness » : coopération, « self transcendence » : besoin de réalisation.

Ce questionnaire s’avère plutôt utile pour poser un diagnostic des troubles de la personnalité et demeure un outil très exploité.

R.C. Cloninger a d’abord avancé une hypothèse : les traits de caractère seraient liés au niveau d’activité d’un neurotransmetteur (dopamine pour « recherche de la nouveauté, sérotonine pour « évitement de la souffrance », noradrénaline pour le « besoin de récompense »).

Revenu depuis sur cette hypothèse (des travaux récents montrent plutôt que selon le tempérament dominant, les régions à dopamine, sérotonine ou noradrénaline reçoivent un flux sanguin plus important), Robert Cloninger reconnaît que le niveau d’un neurotransmetteur n’est pas directement associé au niveau d’un trait de tempérament.

Son test de personnalité (le T.C.I., version révisée en 1999 : TCI-R) reste un outil intéressant et largement utilisé.

Peu utilisés dans médico-social, à l’instar de l’usage qui en fait par les managers d’entreprises privées ou des cabinets de conseil, les tests de personnalité peuvent permettre de situer, donner une image approximative du fonctionnement, des préférences d’un candidat ou d’un membre de l’équipe que vous accompagnez.

Ainsi, connaissez vous peut-être d’autres modèles de connaissance de soi? Ils sont issus de courants variés : psychologie, développement personnel, physiologie, neurologie, sciences occultes…La plupart définissant des profils, des types de personnalité, des caractères…Voici une liste (la liste est loin d’être exhaustive).

  • PNL (programmation neuro-linguistique)
  • Process com
  • Méthode des couleurs-DISC
  • MBTI (« test des 16 personnalités »)
  • Human Design

Souhaiteriez vous en savoir plus sur certains d’entre eux ? Dites le nous en commentaire.