Que faire des émotions en management?

Que faire des émotions en management ?

Que faire des émotions en management ?

Une émotion est une réaction quasi automatique à un stimulus interne(pensée) ou externe (bruit, image…). C’est un signal de survie  qui est donc difficile à maîtriser et qu’il pourrait être dangereux d’ignorer.

Pour Emma Vilarem,  Docteure en Neurosciences cognitives il est tout simplement impossible de laisser ses émotions à la porte, il faut donc les prendre en compte au travail

 

Pendant longtemps et certainement encore aujourd’hui, on a distingué raison et émotion, l’émotion étant considérée comme un frein à un travail efficace. Or les neurosciences nous enseignent que le système limbique siège des émotions est en interaction permanente avec le système cortical (qui gère le raisonnement) et qu’il est pertinent d’intégrer ses ressentis émotionnels à son raisonnement.

Au contraire, choisir d’ignorer ses émotions peut être contre-productif car cela a tendance à augmenter la charge émotionnelle dans le cerveau et cela peut nous couper de la résolution du problème.

En ce qui concerne les émotions des collaborateurs, l’école des relations humaines a mis en évidence dans une expérience menée dans les années 20 dans une usine de Chicago que parmi différents paramètres (éclairage, température, horaires…) c’étaient les changements d’ordre affectif qui impactaient le plus positivement la productivité des ouvrières, notamment le besoin d’appartenance à un groupe et le besoin d’estime. Ainsi les chercheurs découvraient à l’époque que les émotions primaient sur les changements matériels.

 

Dans les années 80, Howard Gardner a été le premier à mener des travaux sur les intelligences multiples et ses travaux ont été poursuivis par Daniel Goleman notamment qui s’est intéressé à l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle c’est :

  • La capacité à identifier les émotions des autres
  • La capacité de les comprendre
  • La capacité de les réguler

Cette intelligence émotionnelle fait partie des softs skills (lien) , elle est difficile à enseigner ( elle ne peut s’apprendre qu’à partir d’expérience adhoc) et comprend une part importante d’inné. Elle est donc difficilement mesurable et tangible alors qu’elle semble faire partie du leadership et être une qualité importante pour un manager…

 

Concrètement, comment le manager peut se servir de cette intelligence émotionnelle ?

  • Utiliser la stratégie de la verbalisation qui consiste à dire son émotion afin de mieux la réguler. Cette verbalisation peut se faire dans un cadre informel ou formel en interrogeant les professionnels  sur leur vécu de telle ou telle situation, en leur demandant comment ils vont tout simplement, en débriefant…
  • Ne pas hésiter à faire appel à un professionnel extérieur en cas de situation particulière, de façon individuelle et/ou collective
  • En créant les conditions d’échanges informels entre les professionnels hors présence de manager où ils pourront avoir l’occasion de verbaliser leurs émotions

 

Quid de l’envahissement des émotions des professionnels au travail ?

Emma Vilarem soutient qu’un climat qui offre suffisamment de confiance aux professionnels avec des sas de partage d’émotions permet justement de les réguler et d’éviter les débordements. En effet nommer ses émotions ne veut pas forcément dire en faire une démonstration.

 

Quand est-il des émotions du manager ?

« Un manager ne peut pas tout dire, il est une interface entre équipe et direction et il est de sa responsabilité de mesurer ce qu’il dit, à qui, à quel moment et de quelle manière » Céline Lière

De plus, le manager est par définition plus isolé et il est prouvé scientifiquement que plus on grimpe dans la hiérarchie plus l’impact délétère sur l’empathie, la compréhension des émotions se fait sentir ; le biais égocentrique s’en trouve renforcé.

Le manager doit avoir une posture pro-active  pour nourrir son intelligence émotionnelle :

  • Participer à des ateliers de co-développement avec ses pairs
  • Trouver des relais auprès de sa hiérarchie ou d’autres managers de sa structure
  • Se faire coacher pour développer sa connaissance intra-personnelle
  • Se former sur la psychologie cognitivo-comportementale

Le développement de son intelligence émotionnelle peut être un levier fort pour créer une relation authentique avec ses collaborateurs en étant cohérent, en affichant ses convictions, en osant dire ce qui va et ce qui pourrait aller mieux.

 

Pour aller plus loin sur ce sujet, vous trouverez cette année sur la plateforme plusieurs formations s’y référant : ainsi deux sessions seront consacrées au management des comportements difficiles et une session  à la communication vu au travers de la psychologie comportementale

Par ailleurs, vous pouvez vous inscrire à des atelier de co-développement à l’unité  ou  vous abonner pour un rdv de co-developpement trimestriel avec d’autres managers du secteur.

Enfin, se faire accompagner par un coach de façon individuelle est également un levier pour faire de ses émotions des alliées. Tadasana met à disposition un annuaire vous permettant de contacter un coach qui a une expertise dans le secteur médico-social et social.